22
juin
2021

NOTRE VOYAGE (parcours 2) : DE FOLLES JOURNÉES

Un parcours expo à faire même avec son ado. Notre voyage en famille continue. Cette fois-ci, il nous fait redécouvrir le patrimoine à la faveur des artistes invités par Le Voyage à Nantes, mais pas que ! Le territoire vibre, embaume, phosphore. Des installations monumentales investissent les places, les musées rouvrent, les expos fleurissent. Tout ne peut se faire en un jour si on veut suivre la ligne verte, s’en écarter jusqu’aux faubourgs ou descendre l’estuaire jusqu’à Saint-Nazaire.

+ 6 ans

Saint-Nazaire, first !
Et justement, il y a des choses à voir là-bas ! Au Grand Café d’abord. Le centre d’art contemporain invite l’artiste Adrien Vescovi à déployer ses toiles de coton et de lin dans tous les espaces de la galerie. En alchimiste de la couleur, il expérimente des recettes pour fixer des pigments naturels sur des assemblages simples de formes textiles. Son installation Soleil Blanc prend les allures d’un paysage dans lequel on peut marcher, se draper ou juste méditer. C’est un tout autre dépaysement qui vous attend près de la capitainerie du port. Sur la plage de la pince de crabe se dressent 3 sculptures monumentales et incongrues : Le pied, le pull-over et le système digestif. Elles font parties des 33 installations du parcours estuaire et ne laissent personne indifférent. Constitués de blocs de béton assemblés, elles interrogent les nazairiens autant que les visiteurs. S’agirait-il d’un rébus ? Des vestiges d’un colosse né d’une civilisation moderne et dégradé par l’érosion ? Nul ne le sait, sauf qu’il s’agit des œuvres des artistes Daniel Dewar et Grégory Gicquel.

Le triangle Jardin des plantes – Château des Ducs – Lieu unique
Si d’aventure vous préférez rester à Nantes et recherchez l’ombre, c’est au Jardin des Plantes qu’il faut aller. Déjà en place l’année dernière, l’installation de Jean Jullien s’agrandit. Trois nouveaux personnages, comme sortis de son carnet à dessin, viennent compléter le clan des Filili Viridi. Très grands, colorés et tous plats, ils s’éparpillent dans le paysage occupé à enlacer les arbres, ratisser la pelouse, ou arroser les canards. À vous de les trouver. Sortis du Jardin, direction la cour du Château que l’artiste Béninois, Romuald Hazoumé a investi de ses percutantes sculptures. Fortes en symboles, elles racontent les drames des migrations modernes ou des trafics illicites entre États. Dans les salles du musée liées à la colonisation et à l’esclavage, ses œuvres faites d’objets recyclés, pointent un autre regard sur les collections et c’est tout l’enjeu d’Expression(s) Décoloniale(s). Plus loin, au lieu unique, deux expos devraient plaire aux ados fans d’anticipation. La première signée UFA comme Université des Futurs Africains, invite une vingtaine d’artistes du continent à chercher dans leurs histoires passées et dans leurs savoirs et technologies récentes ce qui fera leur avenir. Installations interactives, films, sculptures, dessins, créations sonores forment une partie des projets critiques proposés par les chercheurs et plasticiens invités. À l’étage, entrez dans la SF Post-Apo ! Ou science-fiction post-apocalyptique pour les non-initiés. Entre documentaire et fiction, à l’aide de vidéo immersive, de documents iconographiques et à coup de réalité virtuelle, l’exposition Demi-vie est une plongée dans des paysages fantastiques et inquiétants. Des sites brulés par la radioactivité, des forêts bleues qui malgré tout résistent. Bienvenue dans le monde merveilleux du nucléaire et de ses ruines ! (Ces deux expos sont à faire avec des jeunes ados plutôt qu’avec des petits).

Rezé
Si l’archéologie est vraiment le truc de vos enfants, c’est au Chronographe à Rezé qu’il faut les amener. Une belle exposition sur le Verre dans tous ses éclats, à la fois matériaux et objet, y est proposée.

Nantes centre
De retour dans le centre, une surprise de taille vous attend. Dans la fontaine de la Place Royale, une immense épave de bateau s’est échouée. Inspiré du roman d’anticipation Sécheresse de J-C Ballard, l’artiste marseillais Ugo Schiavi met en scène Le Naufrage de Neptune. La carcasse rouillée d’un bateau de commerce dont il ne reste plus que la proue percée et d’où l’eau jaillit de toute part. Habitué à s’emparer de l’espace public et à jouer avec les symboles, nul doute que l’œuvre de l’artiste fera parler. À l’inverse, la sculpture de Laurent Le deunff, un castor géant qui élira domicile sur les vestiges de la porte Sauvetout devrait moins créer la controverse et encore… Un castor sur un arbre couché avec une queue de poisson, ça sert à quoi ça encore ? Sans doute à divertir ou au mieux à faire réfléchir… à sa poésie. Hors du sentier qu’on vous aura balisé d’autres surprises vous attendent. Le voyage ne fait que commencer !
Ann Daloune

//Le Voyage à Nantes du 3 juillet au 12 septembre. Gratuit // Jardin des Plantes. Ouvert jusqu’à 20h en été // Cour du Château. 8h30-20h en été. Accès libre // Expression(s) Décoloniale(s)#2, Musée d’histoire de Nantes, 10h à 19h, 7 jours/7 à partir du 1er juillet. Payant // UFA + Demi-Vie, Le lieu Unique, jusqu’au 29 août // Le verre dans tous ses éclats, Le Chronographe, Rezé, jusqu’au 7 novembre. Payant // Soleil Blanc au Grand Café, Saint-Nazaire, jusqu’au 19 septembre. Entrée libre.

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

JOUER, C’EST GAGNER !

Publié le 30/11/2021
La revue 303 met le jeu au centre de son numéro 168 (sortie en novembre) !...

Le billet de Clai(re)LOUP : jouer

Publié le 30/11/2021
Clai(re)LOUP aborde le jeu dans son billet d'humeur... et elle n'aime pas trop !...

ÇA, ÇA MARCHE À NOËL

Publié le 30/11/2021
Allez, trois marchés de Noël, trois !...

ON REMET LE SON

Publié le 30/11/2021
À l’ère du streaming, le bon vieux vinyle est en pleine forme !...