6
avril
2021

UNITED STATES OF ABSTRACTION

Artistes américains en France, 1946-1964

Paris, ville lumière et capitale mondiale de l’art occidental depuis le XIXe siècle, perd un peu de sa splendeur après la deuxième guerre mondiale. New York étant devenue « the place to be », nombreux furent les artistes à s’expatrier à la grosse pomme. Mais des irréductibles, américains de surcroît, ont fait le chemin inverse des tendances pour venir en France. Et c’est bien d’eux dont il est question dans United States of Abstraction. De ces artistes venus soit grâce à la bourse G.I. Bill, soit pour l’attrait culturel que l’Europe, et Paris en tête, continuait susciter. Organisée autour de trois chapitres, cette exposition fera taire une fois pour toutes ceux qui pensent que l’abstraction est un jeu d’enfant ! (Mince, les gribouillis de Mimi et les pâtés de Gégé risquent de perdre de leur splendeur !)
On commence par une série d’œuvres qui ont pour fil conducteur l’expressivité ou la peinture gestuelle. Des artistes comme Jackson Pollock, Willem de Kooning ou Alfonso Ossorio sont mis en rapport avec la production (européenne) de Wols, Jean Dubuffet ou Georges Mathieu. Le second volet nous plonge dans le travail de coloristes où l’abstraction est toujours au cœur du propos. Sam Francis, Joan Mitchell ou Shirley Jaffe ont trouvé en France la liberté d’explorer leur art. Le dernier chapitre, et pas le moindre, nous amène dans le champ de l’abstraction géométrique. On y découvre des œuvres de Jack Youngerman, d’Ellsworth Kelly ou encore Ralph Coburn à côté de productions de leurs ainés : Jean Arp et Alexander Calder. Et que serait une exposition sur l’abstraction à Nantes sans une pièce de François Morellet ?
Yeux écarquillés, on se balade dans l’exposition en plongeant notre regard dans cette centaine d’œuvres peintes ou sculptées qui nous rappellent à quel point l’art est essentiel ! Must du must, un livret pour les enfants est à disposition, notamment pour que Mimi et Gégé continuent à faire des paquets, parce que c’est bien, parce que c’est bon, parce qu’il le faut et qu’on trouvera toujours que ce sont les plus beaux (ou presque) ! V.M.
CETTE EXPOSITION AU MUSÉE D’ARTS DE NANTES OUVRIRA DÈS QUE POSSIBLE ET SE TERMINERA LE 27 JUIN… L’EXPOSITION HYPNOSE EST PROLONGÉE JUSQU’AU 20 JUIN. → museedartsdenantes.nantesmetropole.fr

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

Le billet de Clai(re)LOUP

Publié le 22/06/2021
GRANDIR, UN ACTE D’ÉMANCIPATION Pour les enfants, grandir serait acquérir une autonomie, mais pour les parents, on peut parler d’émancipation ! Et cette émancipat...

LE COLORIAGE DE APPELLE MOI PAPA

Publié le 22/06/2021
Mais, c’est quoi ces bouboules ? Des parasols ? Des ballons de volley ? Des sucettes ?...

Salade de Fruits Épicée

Publié le 22/06/2021
La canicule approche… si si ! Alors Bertrand Lacroix (que vous retrouverez exceptionnellement un peu partout dans ce numéro, comme en page 14 par exemple) nous a conc...